From La Tronche Vélo Sport

SortieCourse: Samedi 13 octobre

Grimpée du col des Mille Martyrs

Par Franck P
Le 13/10/2018

  Cliquer ici pour partager par messagerie

Vainqueurs scratch - Jérémy Brunello (Villard Bonnot) 21'11 et Laure-Anne Ferrent (Fontanil Triathlon) 26'30.

Résultats TVS :

  • Vincent : 24'58 - 33e/98 au scratch - 9e/16 en caté M1
  • Tom : 26'07 - 48e/98 au scratch - 12e/16 en caté M1
  • Jules (GMC) : 26'18 - 50e/98 au scratch - 16e/19 en caté J
  • Franck C : 26'32 - 55e/98 au scratch - 10e/14 en caté M2
  • Franck P : 26'47 - 61e/98 au scratch - 12e/14 en caté M2
  • Julien : 30'15 - 84e/98 au scratch - 16e/16 en caté M1
Photo1

Merci de laisser votre compte-rendu de course en commentaire

Franck P15 octobre 2018, 00:22

Drôle de journée que ce samedi 13 octobre.
Tout a commencé par des obsèques. La cérémonie d'adieu à Yves, le papa de Yann Garavel, décédé brutalement il y a quelques jours.
Yann est un ami proche. J'ai de la peine pour lui. La cérémonie était magnifique et poignante, et j'en suis reparti complètement chamboulé.

J'arrive à Miribel les nerfs à fleurs de peau, à la limite de craquer. Mais bon, il faut faire bonne figure...
Cette grimpée, j'y suis venu avec un seul objectif : tenter de battre un autre Yann, Yann David, de l'UC Voiron, avec qui nous nous tirons la bourre et nous chambrons virtuellement sur Strava depuis des années.
Je l'ai miraculeusement battu à la Bastille, mais il est ici sur ses routes d'entraînement et il est meilleur grimpeur que moi. Et pour la toute première fois, nous serons au départ d'une course côte à côte.
Enfin, côte à côte, pas tout à fait. La "grille" de départ se fait en fonction des numéros de dossard, et comme Yann fait partie du club organisateur, il démarrera en première ligne. Pour ma part, je suis plutôt en fin de peloton.
Ce n'est pas grave, j'ai de toute façon l'intention de gérer au capteur de puissance plutôt que de me mettre en sur-régime d'emblée en essayant de suivre un rythme qui sera de toute façon trop élevé pour moi.

Ça démarre et, comme prévu, ça part très vite.
Même si je temporise autant que possible, je suis direct au-dessus des 400 watts. A ce rythme, j'explose dans moins de 5 minutes.
Je lève donc un peu le pied, poursuit au alentours de 370 watts, je sais que c'est trop, mais il faut bien essayer d'accrocher quelques roues pour ne pas faire la montée seul dans le vent.

Je n'ai aucune idée d'où sont les autres TVS. Je vois juste Vincent me passer comme une balle un peu avant la traversée de Miribel.
Il a dû prendre un départ encore plus prudent que moi puis mettre en route ensuite. En tous cas il va vite. Je n'essaye même pas de m'accrocher à son sillage.

Je sais que Bastien doit se trouver quelque part au bord de la route, avec sa famille. C'est censé me motiver, mais pas de poulain à l'horizon jusque-là.

Traversée de Miribel, et c'est au tour de Tom de me passer. Cette fois je m'accroche à la faveur d'un replat.
Ça roule fort. Je suis à plus de 350 watts de moyenne. C'est plus que ce que je suis censé capable de tenir jusqu'au sommet. Mais pour l'instant ça tient.

La pente s'accentue à nouveau à la sortie de Miribel. Je ne parviens pas à rester dans la roue de Tom mais j'aperçois enfin, et pour la première fois, Yann David. Il est dans un groupe, pas très loin devant, je dirais une trentaine de secondes au max.
Le problème c'est que je n'ai plus d'abri. J'ai un seul coureur avec moi mais il reste dans ma roue sans jamais passer. Yann lui, est bien au chaud.
Le comble, c'est que son groupe est mené par Franck Chevignon et que Yann reste sagement collé à sa roue ! :)

Arrive une nouvelle portion un peu moins pentue, j'ai enfin retrouvé un groupe qui était intercalé entre moi et celui de Yann, mais je ne parviens à rien d'autre qu'à m'accrocher dans les roues.

Et puis soudain, je devine la silhouette de Bastien au loin, au bord de la route, avec sa femme et sa fille. Ils sont juste à côté de la pancarte indiquant le dernier kilomètre.
D'un coup, je retrouve de l'énergie. C'est fou ce que le mental peut jouer à vélo ! Je me dresse sur les pédales, met 2 km/h de plus et presque 500 watts pour lancer ce qui pourrait être un très long sprint.

Mais l'émulation provoquée par cette bienvenue présence ne dure hélas qu'un temps et, aux 500 mètres, je sens que j'en ai plein les pattes.
Je lève un peu le pied et tous les gars qui se sont accrochés dans ma roue en profitent pour me redoubler juste avant la ligne.
Ça ne change pas grand chose à l'affaire, mais je perds connement 5 places au scratch sur ce mauvais coup.
Je meurs à seulement 23 secondes de Yann, et même seulement 11 secondes sur le segment Strava correspondant à la grimpée pure.

Pari perdu face à mon adversaire Isérois, donc, mais satisfaction quand même car j'ai tout donné. J'améliore mon chrono de plus de 2'30 sur cette montée du col, j'ai quasi fait mon max de watts sur cette durée d'effort, et je finis tout près des copains du club réputés meilleurs grimpeurs que moi : à 40 secondes de Tom, 29 secondes de Jules et 15 secondes de Francky.

Au final, cette course m'aura fait le plus grand bien. Elle m'aura permis de me changer les idées, sans rien oublier toutefois.
La vie est belle, mais elle est courte, et nous n'en profitons sans doute pas assez.
C'était bon de pédaler et de se faire mal. C'était bon de voir les copains du vélo. C'était bon d'avoir des amis venus exprès pour nous encourager.

VincentP15 octobre 2018, 10:38

Les 1000 Martyrs ou la course que je ne peux pas rater. Organisée sur mes routes quotidiennes d'entrainement, j'y connais chaque gravier. Ana est en examen blanc le matin pour l’agrégation, donc les gosses chez papy-mamy pour l'après midi...

Après un trajet Voiron/Miribel en compagnie de mon Julien préféré, nous voilà d'attaque. Ah ben vlà que le capteur de puissance ne marche plus. Au bout de 10min à bricoler le Garmin, je réalise que j'ai capté le capteur de Julien à l'aller (en même temps... j'aurai du réfléchir un peu plus quand il m'a dit faire 270W et que moi aussi... dans sa roue à 40km/h). J'ai oublié de mettre l'aimant sous le pédalier. Ca me chiffonne gentiment quand même de ne pouvoir avoir de chiffres sur cet effort. Pas tant pour la gestion, mais parce que j'espère y faire 2-3 nouvelle références.

Bref, il y a effectivement des soucis bien plus graves sur terre (comme ceux évoqué par Franck). Comme expliqué plus haut, Voiron décide de trier les gens par dossards. Ce n'est pas une bonne idée et je l'ai fait remonté pour leurs prochaines éditions. Ca aura pour effet de provoquer un énorme bordel sur ce départ à plat avec beaucoup de friction. Quand tu as des gens comme Christin qui partent dernier... forcément ça met le bazar. Fidèle à mon habilité hors du commun dans ces conditions, je me retrouve assez rapidement derrière, d'autant qu'une moto est en plein milieu des coureurs pour empêcher tout le monde de passer à gauche.

Alors, inévitablement s'ensuit une remontée à bloc aux sensations... Je crois finalement qu'il valait mieux que je n'ai pas d'info de puissance car les 8 première minutes se feront à plus de 1450m/h! Je fait péter mon record de 1km/H pour monter à Miribel avec finalement peu d’abri car je remonte de coureur en coureur (record que j'avais sur un CP9min). Je passe Franck1, Franck2, Jules, Damien Para et j’aperçois enfin Loic Biondi et un peu plus loin Fabrice. Je ne rentrerai jamais sur eux.

Traversée de Miribel en essayant de trouver un second souffle et c'est parti pour la seconde partie. Partie commune à de nombreux accès au col, dont celui que je fais le plus souvent. Assez rapidement plus personne ne suit derrière et je suis seul. J'alterne force/vélocité pour tenir la marmite sans trop que ça déborde. Je reprends quelques éclopés des groupes précédents et fini en moins de 25 min, ce qui était l'objectif.

Quelques regrets : le départ bordélique ne m'a pas permis d'accrocher le bon groupe car j'étais franchement dans un très bon jour. Les calculs théoriques sont tellement bons que je ne peux ne peut m'empêcher de ne pas y croire sans un enregistrement tangible prochainement. Il y a eu des périodes abritées, mais finalement assez peu sur l'ensemble de la course et les recoupements que j'ai en comparant théorique/réel sur les mesures de Franck montrent que je ne dois pas être loin de la vérité. Dommage de ne pas avoir de chiffres réels...car j'aime les chiffres!
J'avais fait de cette course une semblant d'objectif et je suis parvenu à arriver en forme à la bonne date. Dommage que toute cette caisse serve désormais uniquement à s'amuser.

Enfin... Une pensée à mon ami Yann avec qui j'ai passé tant de bons moments cette année, qui passe par un moment très compliqué en ce moment.

Radu15 octobre 2018, 15:54

Merci Franck, pour ton "rapport" détaillé. Si tu as pu philospher pendant la course, c'est que tu n'étais pas à fond, tout simplement !

Julien15 octobre 2018, 18:36

Malgré un manque de motivation ces derniers temps, je décide quand même de me rendre à la grimpée pour voir les copains et, vu qu’il fait beau, autant y aller en vélo.
Je suis parti en avance pour essayer de retrouver Vincent dans Voiron et on fait le bout de route qu’il reste ensemble après un petit café chez ces parents...
Arrivés sur place, on récupère les dossards et, après un dernier tour, on file au départ .
3-2-1 partez !!!
Je suis en fond de grille vu mon inscription sur place et essaye de me faufiler comme je peux dans la jungle.
Je pars fort mais rien d’extraordinaire et rapidement me fais doubler par Tom.
Je me cale dans sa roue, il monte bien et j’arrive à suivre aux alentours des 315/330w.
Vu que la semaine précédente j’ai fait 316w sur 28min à Montaud, aujourd’hui avec le replat au milieu, je me dis "ça doit le faire".
Mais hélas, 500m avant Miribel, mon cerveau me demande de stopper l’effort et je m’exécute dans l’instant et me gare à la manière d’un coéquipier qui place son leader dans l’ultime difficulté.
Je continue jusqu’en haut pour le principe mais j’ai vraiment du mal et les forces me manquent.
Comme l’impression de faire une hypo.
Vivement la fin de saison !

Serge16 octobre 2018, 20:14

Bravos les grimpeurs pour vos courses et vos récits sont toujours aussi sympa à lire.

Tom18 octobre 2018, 16:50

Oui bravo à tous, pour ma part j'ai fait un bon week-end après quelques jours sans rouler. Les 1000 Martyrs et Mûrier était dur ´back-to-back' mais j'ai pu garder un bon rythme et une puissance constante pour les deux (environ 345W pour ceux qui sont intéressés :). À 1000 Martyrs ça va bien, cependant je me manque un sprint pour la ligne d'arrivée (je pense que je perdrais un sprint individuel ! ) Alors j'ai fait le leadout de ma groupe depuis 500m et je finis seule. L'objectif pour la saison prochaine est de gagner de l'explosivité, et bien sûr, perdre du poids !

diapo

Toutes les photos
(Cliquez sur les vignettes pour les visualiser)

vignette
vignette
vignette
vignette



NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo3
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo4
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo5
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo6
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo7
Spécialisé dans le Conseil, l’Audit et la Formation en Santé et Sécurité au travail

www.2s-ergo.com


Photo8
Le spécialiste du sciage et tronçonnage en conception et distribution

www.coup-indus.fr


Photo9
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo10
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com


Photo11
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo12
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo13
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo14
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo15
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo16
Photo17


Photo18
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo19

www.isere.fr


Photo20
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Récupéré sur http://www.tvs.free.fr/pmwiki/pmwiki.php?n=SortieCourse.20181013
Page mise à jour le 18/10/2018 16:50