Régional : un jour sans

Par Franck P & Didier

Championnat Rhône-Alpes Ufolep. Course en ligne sur un circuit de 23 km, à parcourir 3 fois, autour de Champfromier, dans l'Ain.

TVS représenté par 2 coureurs :

  • Didier chez les 30/39 ans
  • Franck P chez les 40/49 ans

Course des 30/39 ans. 24 coureurs en lice. Le récit de Didier :

Y sont fous ces romains ! C'était dur au début, dur au milieu, et dur à la fin...
D'abord, ça commence mal car je suis originaire du coin et je pense qu'il va pleuvoir avant même le début de la course et donc que la température va baisser brutalement. J'ai donc prévu de courir en long. Mais que nenni, il fait chaud chaud chaud... Donc je cherche un cuissard court, en trouve un au fond de mon sac... donc les jambes mal rasées, ce qui me contrarie... donc ça commence mal.
Je cherche mes gants, ne les trouve pas, mais sais ou ils sont... sagement restés sur le meuble de l'entrée à côté du vase noir, à la maison...
Bref, Franck est dans le coin et me dépanne. Merci Franck.
Le départ est HYPER rapide, au train, sans attaque tranchante. Au bout de 10 bornes de file indienne, nous nous retrouvons à 35 km/h dans la bosse... Voilà, le décor est planté.
Je n'arriverai pas au sommet avec le gros du peloton et trouverai un compagnon de route (lui aussi à 195 puls/minute), nous ferons 20 bornes ensemble à fond et en essayant de reprendre du temps dans les descentes... Nous reprenons deux coureurs du Fontanil, puis deux autres coureurs d'autres départements.
A 6 km de l'arrivée, deux coureurs s'échappent de notre groupe et personne ne suit, personne ne veut ou ne peut rouler. Alors, 2 km avant la ligne, je sors pour finalement finir a 200 mètres des fuyards... et accessoirement sauver la journée en finissant minable... c'est déjà ça !
Le régional je ne connaissais pas... maintenant c'est fait !
2H04 les 70 bornes...

Note de Franck : Didier se classe 18ème. Maigre consolation : c'est un coureur isérois qui gagne sa course. Jérome Giraud, de Villard-Bonnot (ex-coureur National FFC ayant repris cette année en Ufolep après 7 saisons sans courir) l'emporte 15 jours après sa belle victoire sur le départemental, à Autrans. Un coureur qu'on devrait désormais voir souvent pointer aux avant-postes des pelotons de l'Ufolep Isère.


Course des 40/49 ans : 49 coureurs en lice. Le récit de Franck P :

J'arrive un peu trop juste pour avoir le temps de reconnaître le circuit à vélo, je décide donc de le faire en voiture. Après 23 km, le constat est simple : il n'y a pas un centimètre de plat. On attaque par 7 km de descente, on poursuit avec 4 km de montée (à 4% de moyenne), on redescend sur 5 km avant de finir par une bosse de 7 km du même acabit que la première. Avec 3 tours à effectuer, ça fait donc six longues ascensions à affronter. Pas un circuit pour rouleur. Pas un circuit pour moi, en résumé.
Le temps de récupérer dossard et maillot (pour la petite anecdote, il n'y avait pas assez de maillots "Isère", je me retrouve donc affublé d'une tenue... du Fontanil !), et je n'ai plus que 10 minutes pour m'échauffer. Je choisis de jouer la carte de l'optimisme en montant les Zipp carbone, bien que n'étant toujours pas équipé de patins de freins adaptés et que le ciel soit un peu menaçant.
A peine l'échauffement entamé qu'il se met à pleuvoir. Super !
J'ai juste le temps de retourner à la voiture pour remonter expresso les Ksyrium et me présenter au départ pour l'appel.
Heureusement, les 7 premiers kilomètres avant la bosse sont courus relativement tranquillement ce qui me laisse le temps de me chauffer un peu. Je sais que ça va se gâter dès l'amorce de la bosse et suis à peu près certain que l'écrémage se fera par l'arrière dans chaque montée, je décide donc d'aborder cette première difficulté dans les 10 premières places du paquet.
Sur le papier, c'est ce qu'il fallait faire, sauf que ça monte très vite très fort et que, lorsqu'il faut faire l'effort pour résister aux accélérations liées aux premières attaques (dont celle, du genre tranchante, de Franck Soligny), le cardio s'affole complètement. Je pulse à 184 alors que ma FC max est censée être de 179. En deux mots (enfin, en cinq, plutôt) : je suis dans le rouge.
Je bascule assez bien placé et tâche de récupérer au mieux dans la descente.
A l'entame de la deuxième bosse, j'opte pour le petit plateau afin d'éviter "les grosses cuisses" et, bien que rétrogradant au fil des kilomètres, je parviens à tenir dans les roues...
J'atteins le sommet vers la 30ème position et me retourne pour constater... qu'il n'y a plus personne derrière moi ! L'écrémage prévu à bien eu lieu...
Je fais l'effort pour me repositionner vers l'avant quand j'entends deux cyclistes s'accrocher et chuter juste derrière moi. Je me dis que j'ai bien fait de remonter !
Compte-tenu de ma position dans la deuxième bosse, je subodore que la 3ème sera difficile à encaisser, surtout si ça monte vite. Et pour monter vite, ça monte vite ! Ça visse sans arrêt, et mon cardio s'excite dangereusement, franchissant une nouvelle fois la barre des 180 pulses. Cette fois, les jambes brûlent et je suis contraint de rétrograder et de lâcher progressivement du terrain.
Je bascule en compagnie de 3 autres coureurs, dont deux isérois : Daniel Estevao, de Chatonnay, et Stéphane Bocquier, de Villard-Bonnot, très actif depuis le début de la course et qui, hélas, paye ses efforts avec un petit coup de moins bien.
Nous sommes environ 300 mètres derrière un groupe de 6 ou 7, lui-même en chasse 300 mètres derrière l'avant du peloton qui ne compte plus qu'une douzaine d'hommes.
Nous nous relayons tant bien que mal dans la descente pour tenter de revenir avant la prochaine bosse, mais comme le groupe situé devant nous chasse également, nous ne parvenons pas à rentrer pas et échouons à seulement 150 mètres de la queue du peloton.
Là, je sais que nous ne reviendrons plus et, dans la tête, ça lâche complètement. Je ne fais même pas l'effort de suivre les deux plus costauds de notre groupe et monte à ma main en compagnie de Daniel Estevao, lui aussi émoussé.
Nous faisons presque tout le 3ème tour ensemble avant d'être repris juste avant l'entame de la dernière bosse par ce qui reste du peloton des 20/29 ans et des 30/39 ans.
Je constate que Didier n'est pas là mais je retrouve des visages connus (notamment Charles Ricau et Julien Baptmale, du Fontanil) et cela me redonne suffisamment d'énergie pour accrocher leurs roues et rallier la ligne d'arrivée dans leur paquet.

Je me classe finalement 24ème de ma course, une fois de plus déçu par ma piètre performance.
Chez les isérois, seul Christophe Iohner parvient à rester aux avant-postes. Il termine dans un groupe de 8 pour la gagne et se classe 6ème.
Les deux premières places reviennent logiquement aux deux plus costauds du groupe, respectivement Roland Ruberti (de l'Ain), déjà champion régional l'an passé, et Franck Soligny (du Rhône) auteur de plus de 15 km d'échappée en solitaire dans le premier tour.


Patrick06 juin 2011, 13:31

Bravo, vous avez bien forcé !
Franck, j'ai pas bien compris, tu as battu ta précédente fréquence max de 5 pulses ?
Sinon je trouve ton jugement sur ta course un peu dur, et puis comment tu veux arriver à faire un résultat avec un maillot pareil ?

Radu06 juin 2011, 21:57

Bravo a tous les deux ! Vous n'avez pas à rougir de vos performances. Je l'impression que ceux qui arrivent à se classer dans les 10 premiers sont des rouleurs aguerris, des anciens pros convertis, etc. etc.

Charles Ricau06 juin 2011, 23:06

Heureusement que tu courrais avec le beau maillot du Fontanil Franck, sinon je te dis pas comme ton résumé aurait été autrement plus noir :P !

Franck P11 juin 2011, 14:47

@Patrick : par rapport à la FC max, ça faisait une éternité que je n'avais plus dépassé les 179 pulses, même lors du teste à l'effort fait à l'automne dernier, et là, dans la première bosse, c'est monté à 184.

Commentaire 
Auteur    Site web 
Concentre toi, entre le code 3149  
précédé du chiffre six 

diapo

Toutes les photos
(cliquez sur les vignettes pour les voir en grand)

vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette

Le profil du circuit

NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo3
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo4
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo5
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo6
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo7
Spécialisé dans le Conseil, l’Audit et la Formation en Santé et Sécurité au travail

www.2s-ergo.com


Photo8
Le spécialiste du sciage et tronçonnage en conception et distribution

www.coup-indus.fr


Photo9
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo10
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com



(:photo CELYSS.jpg non trouvée, cliquer pour envoyer:)
www.celyss.com


Photo12
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo13
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo14
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo15
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo16
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo17
Photo18


Photo19
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo20

www.isere.fr


Photo21
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Éditer la page - Gérer les fichier - Gérer l'accès
Page créée le 05/06/11 par Franck P, mise à jour le 21/06/2011 00:33 par Franck P