Les Gaboureaux : du vent et des bouquets

Par Franck P
Le 16/03/2013

Course organisée par la Roue Sportive de Meximieux sur un circuit plat de 9,6 km entre Loyettes et St Vulbas, dans l'Ain.

TVS représenté par 7 coureurs :

  • Manu et Franck P en 1ère catégorie Ufolep
  • Laurent J et Vincent en 2ème catégorie Ufolep
  • Samuel, Benoît et Ulrich en 3ème catégorie Ufolep

Course des 1ère catégorie (8 tours de circuit, soit 77 km) :

En résumé :

Franck P, pas en forme, abandonne. Manu, très en forme, fait 2 et passe tout près de la gagne.

Les commentaires de Manu :

Pour ma part, j'entame cette course après une très grosse semaine d'entrainement. Je me sens plutôt en forme mais potentiellement assez fatigué. Je pars tout de même en faisant le constat que les conditions sont faites pour moi (30km/h de vent, circuit tout plat), et qu'il faut essayer de faire quelque chose sur ce circuit. Je me rends compte qu'après ma semi-retraite de presque 5 ans (à part Cras en 2011, ma dernière course UFOLEP en ligne en Rhône Alpes remonte à 2008!), je ne connais plus grand monde dans le peloton. Je remarque quand même la présence de Denis Lamberti avec plusieurs de ses collègues de Décines. J'imagine qu'en costaud expérimenté et roublard qu'il est, il va tenter une bordure dans le 1er tour du circuit. Et cela ne manque pas. Le problème c’est que, focalisé sur un bidon brinqueballant, je me suis laissé redescendre dans les dernières places du peloton au moment où la bordure se crée. Je réagis immédiatement en m’employant vigoureusement pour recoller la tête. Mais ce n’est pas une mince affaire car je ne bénéficie d’aucun abri. A ce moment-là, je pense en effet que l’angle du vent apparent est supérieur à 45° ! Je double Franck et propose qu’on reparte ensemble recoller la tête. Un peu juste, je dois le laisser et partir seul sous peine de ne jamais recoller le groupe de 4 échappés. Je recolle finalement la tête. Un train régulier se met en place dans les tours qui suivent. Dans ce groupe figurent 2 gars du même club (EC Moulin à Vent Vénissieux). Je me dis que ça va être difficile de les manœuvrer car ils me font une très grosse impression. A un tour et demi de l’arrivée, plusieurs attaques se produisent. J’arrive à prendre la roue d’un des coureurs de ECMVV ayant tenté de se faire la belle en solo. Finalement son collègue nous rejoint en ayant réussi à se débarrasser de Lamberti. Je passe alors le dernier tour de course à l’abri dans la roue des 2 gars de l’ECMVV. Mon seul salut reste de tirer mon épingle du jeu lors de l’arrivée au sprint. Je me dis que ce dernier m’est plutôt favorable avec une légère bosse à 250m de la ligne. A ce moment, je ne sais malheureusement pas que les 2 coureurs de l’ECMVV sont des très bons sprinteurs, dont l’un a terminé maillot vert des routes de Soane et Loire. A l’entame de la bosse je focalise mon attention sur le coureur qui a laissé travailler son équipier pendant tout le dernier tour. Manque de bol, c’est l’autre qui attaque. Malgré le fait que nous faisons jeu égal dans le sprint, la ½ seconde de retard que j’ai prise à l’emballage me coutera la victoire (pour Patrick, sprint à 1250W max, 1000W sur 10s). Au final, je suis quand même amplement satisfait par ce retour à la compétition et cette 2ème place !

Les commentaires de Franck P :

Hors de forme, hors du coup, je suis rapidement en difficulté quand, au bout de 3 ou 4 kilomètres, avec un vent de 3/4 face, le peloton s'étire comme un long serpent... Comme on pouvait s'y attendre, ça bordure à donf' et plusieurs cassures se forment au milieu de cette file indienne. Bien que placé en milieu de paquet, Manu et moi faisons partie des piégés. Manu réagit illico et me propose alors de prendre son sillage pour remonter vers l'avant... sauf que j'ai toutes les peines du monde à d'abord prendre sa roue et ensuite la tenir, tant il semble facile et tant je suis à la planche... Il est obligé de lever le pied pour m'attendre à plusieurs reprises et me ramène quasiment jusque dans le groupe de tête qu'il réintègre sans difficulté, alors que je reste à la porte, ne trouvant pas les ressources nécessaires pour boucler les derniers mètres et recoller complètement. Je les laisse donc filer et le moral en prend un premier coup, passant de 100 à 75.
Je suis alors repris par un deuxième groupe que je prends d'abord pour le reste du peloton et, même là, je continue d'être dans le dur si bien que je me fais décrocher une deuxième fois à la fin du 1er tour... Je crois alors être bon dernier et le "moralomètre" passe directement de 75 à... 0.
Je suis tellement écoeuré que je fais demi-tour illico pour rejoindre la voiture (avec, comme toujours dans ces cas-là, l'envie de tout envoyer chier, revendre mon vélo, etc.)... et c'est alors que je croise un premier groupe de poursuivants, puis un deuxième, puis un troisième... bref, il y avait finalement encore pas mal de monde derrière, et il y aurait donc eu matière à ne pas rouler tout seul dans le vent.
Tant pis. Trop tard. Plus envie. Le moral dans les chaussettes. Trop dégoûté pour continuer...


Course 2ème catégorie (7 tours de circuit, soit 67 km) : :

En résumé :

Laurent et Vincent se font piéger en ne prenant pas la bonne échappée composée d'une dizaine de coureurs partis dès le 1er tour... Laurent tentera bien de sortir plusieurs fois du paquet mais l'écart était trop important et le vent trop fort pour permettre à un coureur, même costaud, de revenir seul sur un groupe. Tous les deux finissent dans le paquet, derrière les échappés.

Les commentaires de Vincent :

De retour sur les terres d'un mauvais souvenir. Avec Franck P, je partage l'idée que la course des Gaboureaux est sans doute la plus dure de la saison. Sans doute parce que la forme n'est pas encore tout à fait là, et surtout parce que le parcours venté ne laisse pas un seul instant de répit. Les consignes étaient claires, ne surtout pas trainer en queue de peloton, sous peine de devoir faire la course seul ou en tout cas, mal accompagné... Avec Laurent, nous sommes placé un peu à l'arrière du paquet sur la ligne de départ, et ne remontons pas directement. Voilà qu'àpres deux virages à droite, l'échappée était déjà formée...typique. Bien sur nous ne sommes pas dedans, bien sur je ne suis pas devant... Surtout que, dès le premier tour, avant d'entrer dans la grande ligne droite, je crois avoir percé, ma roue arrière fait des rebons. Je suis fait... Je m'arrète, constate les dégats. Rien, toujours gonflé... C'est simplement la route défoncée qui a due me faire cette impression de rouler sur la jante. Pauvre idiot que je suis, j'ai déjà perdu 200-300 mètres... Plusieurs gars sont déjà à la traine, en chasse derrière le peloton. Je mets les gaz, et remonte à bloc, je me dis qu'il faut que je rentre avant la ligne, sinon, dans le vent, on peut déjà m'enterrer. Au passage de la ligne justement, j'ai encore 50 mètres de retard, et pas mal de mec continuent de péter. Je vois Franck m'encourager. Mais qu'est ce qu'il fout là? "Ce serait un bon compagnon pour regarder le reste de la course non?"
Tout m'est passé par la tête, mais, finalement, je recolle au prix d'un effort dont je me souviendrai.

La suite de la course se résume à un écart qui grimpe devant, des gars qui abandonnent (ça me traversait l'esprit à chaque tour), boucher des trous en plein vent, etre à la planche, avant qu'enfin, je ne fasse un sprint pour remonter vers Laurent. De là, je ne le quitte plus, et me cache dans les roues des gros, sans trop participer à l'avancée du groupe. Je travaille, je ne lache pas les roues, je me jette comme un mort de faim sur les moindre parties d'abri dans le paquet. Forcement, je me fais un peu engueulé de temps en temps, mais je ne répond rien. Certes, en général, quand un type de 110 kilos parle, celui de 60 l'écoute. Mais là non, peu m'importe, ce que je veux, c'est rallier l'arrivée dans ce groupe, et éviter de me faire larguer comme un débutant.
Grâce à Laurent qui roule et organise le groupe, ce sera chose faite. Mieux, alors que nous bordurons, le groupe de scinde encore en deux, et nous ne sommes plus que 10 derrière les "échappés". Laurent me fera remarquer que j'étais le seul petit gaillard à survivre dans ce monde de rouleurs bruts. C'est vrai que quand je tournais la tête, ça n'était pas des touristes qui étaient là, et j'étais bien content d'en faire parti. Je n'arrive pas à lever mes fesses pour sprinter, mais je dois prendre la 13 ou 14 ème place à l'arrivée.
Résultat, je me cherche encore une forme. Je sais où j'en suis, et je suis moins incisif que l'an dernier, mais malgré ça, j'étais quand même présent, plus ou moins à la pédale.
Un grand bravo à Samuel pour sa course et sa maitrise impressionnante. Manu quittera difficilement les poduims cette saison. Apres une semaine pareille, il était quand meme là, c'est bien la preuve d'un retour de "la mobylette". Laurent m'a encore fait grosse impression. Franck a perdu le moral, je le comprend, j'en étais pas loin, mais surtout il ne faut pas se démobiliser. La saison est longue, et on sait tous que TVS a déjà quelques grands rendez vous dans le calendrier, et ce sera une belle fête si chacun a une excellente forme. On a vu un Benoit bien présent, placé, serein, comme toujours. Ulrich a subi le vent, pour sa première course en ligne, mais j'ai foi en lui, et sur quelques parcours vallonnés, il aura quelques cartes à abattre. On attend de pied ferme les troisièmes catégories sur les courses iséroises (oui, ce serait bien de venir en 2 quoi). Prochaine course à Gillonay, où l'on devrait se faire plaisir sur le parcours.

Les commentaires de Laurent J:

Comment dire...? Les jambes étaient meilleures que prévues. Le souffle était plutôt bon également malgré seulement deux petites sorties depuis Chassieu. Mon sens aigu de la course à fait le reste... Ne sachant pas bien quel est mon état de forme au départ, je choisis de rester un peu en retrait : première erreur. Quand je vois l'échappée partir je tente de les rejoindre. Je reprends 2 coureurs, un autre nous rattrape et je tente d'organiser le contre mais je me retrouve assez vite tout seul : deuxième erreur. J'aurais mieux fait de tenter ma chance en solitaire tout de suite. Après un tour tout seul je décide de rendre les armes et de rejoindre le peloton. C'est pas bien grave, je me suis quand même bien amusé! Et accessoirement ça m'aura fait une bonne séance d'entrainement.


Course 3ème catégorie (6 tours de circuit, soit 58 km) : :

En résumé :

Samuel part seul dès le 1er tour. Il est rejoint par un coureurs des Abrets. Tous deux vont jusqu'au bout ensemble et Samuel l'emporte. Derrière, Benoît, toujours bien placé, finit dans ce qui restait du peloton, derrière les échappés. Ce fut plus difficile pour Ulrich, lâché dans le premier tour et qui poursuivra avec un groupe de quelques coureurs, derrière le peloton.

Les commentaires de Samuel :

Comment dire ? Les Gaboureaux c'est une plaine et du vent, beaucoup de vent. Avec un départ à 16h15, nous n'avons même pas pu profiter d'un peu de soleil pour nous réchauffer.
La course part tranquille, peu de motivés pour faire le départ ou tenter une échappée précoce. Ce fut comme ça jusqu'au kilomètre 3 où je prends un relais un peu appuyé et, sans vraiment le vouloir, je me retrouve tout seul dans la nature avec un peloton qui me regarde partir. Alors quoi ? Deux options : continuer en espérant le retour de 2 ou 3 collègues rapidement, ou me relever et attendre plus tard. Pas le genre à subir la course, je poursuis mon effort, creuse un petit trou assez rapidement mais pendant tout un tour je reste à une portée de fusil d'un peloton qui se déchire derrière.
Finalement au milieu du 2ème tour, je lève un peu le pied pour motiver d'éventuels poursuivants à venir me chercher et m'accompagner pour un bout de route. C'est un homme seul qui finit par me rejoindre, beau gabarit (donc bel abri pour moi) et costaud. On en remet une couche et cette fois plus personne ne viendra nous chercher. On s'est très bien entendus et les tours se sont enchaînés à un bon rythme que nous avons toujours soutenu même une fois à l'abri d'un retour. Mais il faut dire qu'à deux, les relais reviennent très souvent. Bon, c'est un bon exercice de fractionné : 30 secondes à bloc, 30 secondes à souffler un peu, etc., pendant une heure et demie. Je ne suis pas spécialiste mais je dirais que j'ai dû faire un bon exercice de PMA.
C'est quand même un peu fatigué par 55 bornes à bouffer du vent en permanence à droite, à gauche, devant mais jamais vraiment dans le dos, soit seul soit à deux, que je l'emporte.
Bien content d'avoir couru avec mon vieil ami Benoit qui a vaillamment contrôlé le peloton derrière pour empêcher tout retour possible et qui termine paisiblement dans un petit groupe pas très loin derrière.

Les commentaires de Benoît :

Bon je me lance un peu tard dans le récit de ma course....
après un échauffement sérieux en compagnie de mon pote Samuel, nous nous retrouvons tous les 2 côte à côte sur la ligne de départ.
Nous avions opté de nous placer tout de suite à l'avant du peloton pour éviter toute cassure en cas de bordure. C'est ce que nous faisons avec rigueur dans les 1er km. Samuel accélère dans le 1er tour et le peloton s'étire puis se relève. Samuel se retrouve alors échappé seul contre le vent. Derrière çà flingue à tour de rôle mais chaque attaque est neutralisée. Moi, j'observe bien à l'abri et saute discrètement dans quelques roues en espérant qu'une chose, tomber dans un bon coup où je pourrais faire de la patinette dans les roues le temps que Sam soit repris. Mais voilà, aucune échappée se forme. Les différentes accélérations font revenir progressivement le peloton sur Samuel (Je soupçonne alors un relachement tactique de Samuel). Je suis dans la roue d'un gars des Abrets qui se met à attaquer. J'hésite à prendre sa roue de peur que la sortie d'un 2ème TVS attire l'attention du peloton et je laisse partir. Voyant que personne ne suit, je me cale en 2ème position du peloton pour casser le rythme en espérant que le poursuivant rejoigne Samuel rapidement. C'est ce qu'il fit. Une fois le regroupement effectué, je les vois tous les 2 creuser l'écart et je me dis que cette course est gagnée pour Samuel. Ensuite, c'est une course cadet avec des attaques et relâchement à répétition, bref de l'intervalle training.....Etant bien évidemment à l'abri, suite à un écart sur la portion roulante avec vent de 3/4 arrière, je me retrouve dans l'herbe et en essayant de remonter sur le bitume, ma roue avant dérappe et là je me vois par terre à 40km/h en plein milieu du peloton. Finalement, je ne sais pas par quel miracle (merci l'école de cyclisme...), j'ai le réflexe de contre balancer avec mes épaules et je me retrouve sain et sauf toujours sur le vélo....
Plus la course passe et paradoxalement plus je me sens bien, peut être trop bien. Cet excès d'assurance va vite me coûter très cher puisque ma déconcentration va progressivement me faire glisser en milieu de peloton si bien que je vais être surpris par une cassure à un peu plus d'un tour de l'arrivée. J'accélère puis je me retourne pour demander un relai mais plus personne n'est là...Je mets alors 3km pour seulement boucher 100m avec ce vent de face.....Je finis enfin par rentrer sur ce qu'il reste d'un peloton qui se met à réaccélèrer sous l'impulsion d'une attaque de 2 coureurs qui réussiront enfin à sortir. Quant à moi, je me prends un éclat sur cette accélération et je passe à la trappe. Après j'attends un groupe de 3 coureurs derrière pour ne pas finir le dernier tour seul face au vent.
Une course avec des conditions climatiques qui me rappelle ma région d'origine...
J'ai été assez agréablement surpris de ma condition physique malgré une fatigue nerveuse ressentie la semaine précédant la course. Je pense surtout que, dans ce genre de course difficile avec ce vent terrible, où il faut frotter et se battre pour rester à l'abri, l'expérience permet de compenser le physique....
Félicitations à Samuel pour sa victoire (mon nez s'était pas trompé) et à Manu pour cette belle 2ème place qui a été très impressionnant par son état de forme en ce début de saison...çà promet pour la suite...Je crois que l'effectif 2013 va être un très bon cru...

Les commentaires d'Ulrich :

C’est après 5 ans d’absence dans le peloton que je me retrouve dans l’Ain pour un come-back plutôt ardu ! A mon arrivée sur le site, je m’aperçois vite que les conditions vont être assez difficiles d’autant que le soleil commence doucement à cacher le bout de son nez. Le dossard pris je me faufile vite sur le rebord de la route afin d’encourager les collègues ! A noter une très belle prestation de nos 3 Tronchois. Leurs impressions de courses ne sont pas réellement rassurantes (Vincent "pour moi la course la plus dure de la saison" et Laurent "Il faut rester devant sinon cela va être très difficile de suivre") aïe aïe... Bref chassons les idées noires et allons faire un tour de reconnaissance. Constat, un vent qui arrive de tous les côtés et un circuit entièrement plat.
A peine le temps de manger un casse-croute pour éviter le coup de fringale que l’appel sur la ligne est annoncé. Je me retrouve pas trop mal placé avec mes collègues Benoit et Samuel. TOP départ ! Je n’arrive pas à enclencher ma pédale et me retrouve très vite en queue de peloton (et F***). Je tente néanmoins de revenir en tête de peloton mais ça va très vite, trop vite … Une cassure se fait, partageant le peloton en 2. Je tente tout pour revenir mais les 2 derniers mètres sont malheureusement trop loin… Je suis maintenant avec un petit groupe d’une dizaine de coureurs plus ou moins motivés pour recoller au groupe de tête. Je donne tout mais je n’arrive pas à me mettre à l’abri du vent. Je rétrograde, prêt à abandonner quand je me fais rejoindre par le dernier groupe. Après 2 tours, nous revenons tout de même sur le second groupe. Pour finir, sentant que les sensations commençaient à revenir, je gagne le sprint du dernier peloton. Maigre consolation certes mais le bilan n’est pas totalement calamiteux.
Bilan des courses, point à travailler : réapprendre à rouler en peloton et retravailler le rythme. Félicitations à Samuel pour sa victoire car il fallait être brave pour résister à ce vent !

Quelques images du vent avant le départ de l'édition 2013 de la course

Pierre17 mars 2013, 10:17

Molto bene la squadra TVS! Menzione speciale a Samuel e Manu.

Manu17 mars 2013, 11:39

Désolé Ullrich, Benoit et Samuel de ne pas être resté jusqu'à la fin. Félicitations à vous 3 et à Samuel en particulier qui je pense va vite rejoindre la 1ere catégorie à ce rythme!

samuel17 mars 2013, 16:00

Manu, très impressionnant ton vélo, super machine à ton image, racée, puissante et efficace.

Franck P17 mars 2013, 17:43

Pareil que Manu, je m'excuse de ne pas être resté jusqu'au bout, d'autant qu'une victoire semblait déjà en vue pour Samuel, mais j'avais des obligations familiales qui ne m'autorisaient pas à rester jusqu'au dénouement.

Franck C17 mars 2013, 18:23

Bravo les mecs, une grande saison 2013 vous est promise.
J'espère vous retrouver sur des courses plus à ma convenance car les bordures c'est pas trop ma tasse de thé.
Bravo à tous et Franck vu ton entraînement ça paiera un prochain week end.

Patrick17 mars 2013, 22:18

Bravo à tous !
Je ne suis pas étonné par la victoire de Samuel, même pour sa première course de la saison, je sais bien qu'il a des jambes de première catégorie !
Par contre, voir le Manu v2 aussi compétitif à sa première sortie en course, alors là chapeau !

yann18 mars 2013, 13:02

Impressionné par ces belles performances dès le début de saison, sur un terrain plutôt favorable aux "Bataves du Nord Isère". Bravo.
Quand nos coureurs de 2e catégorie vont commencer à monter eux-aussi sur le podium ça va avoir de l'allure...
Pour ma part, j'étais à Cassis pour une grosse course de VTT (raid Off Road avec Absalon and co) mais crevaison au bout de 10km, pneu ouvert = course fichue. J'ai montré, un peu, le maillot (sous la couche de boue.

Radu18 mars 2013, 14:04

Manu et Samuel, je vois que vous avez même été interviewés ! Bravo à tous les coureurs TVS pour avoir affronté le vent terrible de ce samedi. J'imagine que ce ne fût pas évident de négocier ce type de course.

Commentaire 
Auteur    Site web 
Concentre toi, entre le code 4385  
précédé du chiffre six 

diapo

Toutes les photos
(Cliquez sur les vignettes pour les visualiser)

vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette

NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo2
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo3
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo4
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo5
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo6
Spécialisé dans le Conseil, l’Audit et la Formation en Santé et Sécurité au travail

www.2s-ergo.com


Photo7
Le spécialiste du sciage et tronçonnage en conception et distribution

www.coup-indus.fr


Photo8
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo9
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com



(:photo celyss.png non trouvée, cliquer pour envoyer:)
www.celyss.com


Photo11
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo12
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo13
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo14
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo15
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo16
Photo17


Photo18
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo19

www.isere.fr


Photo20
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Éditer la page - Gérer les fichier - Gérer l'accès
Page créée le 16/03/13 par Franck P, mise à jour le 22/03/2013 20:48 par benoit