Gentleman d'Aiguebelette

Par Franck P
Le 01/10/2017

Cliquer ici pour partager cette page par messagerie

Contre-la-Montre par équipe de 2 organisé par Chambéry Cyclisme et disputé plus ou moins autour du lac d'Aiguebelette, en Savoie.

TVS représenté par :

  • Eric et Benoît
  • Vincent (associé à Julien M)
  • Franck P (associé à Bastien)

En résumé :
Belle prestation d'ensemble avec la 2ème place au scratch (et victoire dans la catégorie !) pour Vincent et Julien qui bouclent le chrono à presque 43 km/h (moyenne organisateur, un peu surévaluée), la 7ème place au scratch (4ème de la catégorie) à 42 km/h pour Franck et Bastien, et la 32ème place au scratch (3ème de la catégorie) à presque 37 km/h pour Eric et Benoît.

Photo1

LES CLASSEMENTS

Les commentaires de Vincent :

Un contre la montre à deux pas de la maison et sur mes routes d'entrainement habituelles?... Voilà bien une occasion à ne pas manquer. Les autres années, cette course tombait le lendemain de Paladru et le courage manquait un peu. Cette année, pas d'excuse : nouvel avion à roder, pas d'autre course ce WE et aussi… un couple Francky/Bastien à essayer de battre. Ce dernier étant un des plus gros générateur de watts de l'avant pays de Savoie. Bref, reste plus qu'à trouver un binôme.

Je branche Julien, sachant qu'on a sensiblement le même niveau sur l'exercice, qu'il roule très proprement, on va faire au minimum un duo équilibré à défaut de performant. C'est au moins l'assurance de prendre beaucoup de plaisir.

L'idée est qu'il guide les trajectoires sur les virages techniques, relance les parties descendantes et que je fasse les parties montantes où mon poids m'avantage. Et comment dire?... On n'aura pas gagné de temps dans les virages ; Julien me mettant 10m à chaque fois. Bref, y'a encore beaucoup de taf à ce niveau pour ma part. N'ayant jamais roulé ensemble, on se fait quelques relais plus ou moins appuyés à l'échauffement. Les jambes ne sont pas excellentes, mais ça suffira à se faire plaisir.

Le parcours d'Aiguebelette est effrayant sur la papier, la faute à cette bosse de Novalaise au tiers de la course. Mais à y regarder de plus près, le reste est propice à faire de grosses vitesses toujours en prise. Autant seul ça peut être difficile à gérer mentalement, autant à deux, c'est vraiment un jeu de relance extrêmement plaisant qui se profile. "Pousse aussi fort que tu es bête" peut aussi convenir pour décrire les 2/3 du parcours.

Et de fait, on va se faire plaisir avec notre équipe de bras cassés. Bon, nos relais sont encore trop larges, pas assez ou trop appuyés, bref, on manque un peu de réglage, mais ça avance plutôt pas mal sur la première partie ; on tient un gros 40-41km/H dans le faux plat montant et un gros 46-47 dans la partie descendante ; c'est au poil. La bosse sera gérée comme prévue : juste sous PMA pour moi devant, mettant Julien au même niveau d'effort dans l'aspi derrière. Il relance en haut, on perd nos 2-3 secondes règlementaires avec mes trajectoires aléatoires, et c'est parti pour les 2/3 restants à rouler comme des frapadingues.

La suite se passera à se relayer des que celui de derrière commence à s'ennuyer (comprendre que ça va pas assez vite et que ça descend en dessous de 44km/h). L'entente est quasi parfaite. Le dernier faux plat annonce la fin de la course. Je mets une bonne couche en bas, Juju en rajoute, j'en rajoute une… Il était temps que ça se termine, à ce petit jeu on commençait à se déliter… et hop le virage du resto avec une trajectoire underground, et c'est parti pour la ligne droite finale à jeter les dernières forces dans la bataille.

On savait que ça serait serré avec les autres équipes connues, mais on ne pensait quand même pas jouer le scratch. Résultat : seconds au scratch avec 38min (temps réel, 38min48 annoncées). Deux minutes derrière la grosse équipe de triathlètes qui bouclent en 36min la promenade (record de l'épreuve à mon avis). Certes il manquait quelques têtes d'affiches, mais le chrono est loin d'être misérable, même comparé aux autres années. En se coordonnant un peu mieux, on doit pouvoir gratter encore 15-20s. Mais avec ce genre d'analyse, on gagne virtuellement tous les CLM de la galaxie.

Bref, bien bien content. Je me suis vraiment amusé, on a roulé vite, longtemps… à refaire! Mention au micro-fan-club du rond-point qu'on voit d'ailleurs sur une des photos venu encourager TVS et plus particulièrement papa. Ils sont pas gros, mais ils font du bruit.


Les commentaires de Franck P :

Bon okay, j'avoue, j'avais dit que je ne ferais plus de compète, plus jamais, pour moi c'était fini, on ne m'y reprendrait plus, etc.
Mais c'était sans compter sur la perche tendue par Bastien qui est mon adversaire préféré au sein de l'Ennemicale de l'Avant Pays Savoyard, groupe Strava que nous avons formé il y a près de 2 ans et avec lequel nous rigolons bien. La proposition avait été faite au début de l'été et j'ai donc eu deux mois pour me préparer psychologiquement au fait que je n'avais aucune volonté et que j'allais renoncer à tous mes principes. Mais l'occasion était trop belle : un CLM par équipe de 2 sur NOS routes d'entraînement, celles que je sillonne au moins 3 fois par semaine depuis plus d'une décennie, ça ne se refuse pas !

Comme nous sommes des garçons appliqués, nous sommes allé nous entraîner sur le circuit le dimanche précédent.
J'avais en mémoire le bon chrono que Yann (Garavel) et moi-même avions réalisé ici même il y a déjà 6 ans et espérais que nous pourrions atteindre la moyenne de 42 km/h. Mais ça, c'était la théorie.

Dans la pratique, Bastien comme moi avons fait les cons à nous tirer la bourre toute la saison depuis le printemps et sommes tous deux en période de forme clairement descendante. C'est donc péniblement à 40 de moyenne que nous réalisons le parcours à l'entraînement. Du coup l'objectif est ramené à 41 pour le CLM, ce qui sera déjà pas mal.

Nous avions convenu de ne pas partir trop fort, mais l'excitation aidant, nous avalons les 5 premiers kilomètres à 43,7 km/h de moyenne et surtout à plus de 330 watts, niveau de puissance que je ne suis théoriquement pas capable de tenir plus de 30 minutes. Or il nous en faudra presque 10 de plus pour boucler le tour.

Ces 5 premiers kilomètres menés à fond de cale nous permette de rattraper l'équipe partie 1 minute avant nous et qui n'est autre que celle composée par Eric et Benoît. Un encouragement en passant et nous filons. Je me dis qu'on est complètement dingues et que nous allons (enfin "je vais" plutôt) forcément le payer dans la bosse qui mène à Novalaise, mais bon, à la guerre comme à la guerre...

Nous rattrapons encore deux autre équipes avant le pied de la bosse. J'ai essayé de faire ma part de boulot sur tout le début de ce CLM, mais cela fait déjà 1 km que je ne relaie plus Bastien au moment où nous entamons la côte. Et, malgré cela, c'est dur. A deux reprises, je lui demande de ralentir, sinon je saute.

A l'arrivée à Novalaise, nous sommes sur le même temps que la semaine précédente, à l'entraînement, ce qui est un peu décevant, mais le vent était sans doute négatif sur cette première portion car, dès lors, nous ne cesserons de prendre du temps sur nous même (je me comprends !).
Bastien est pleine bourre et c'est beau de voir un rouleur enquiller les kilomètres comme ça, avec des watts de dingue. Comme spectateur, je crois que j'ai été assez bon !

Je ne passe plus que quelques relais assez courts et éloignés dans le temps, histoire de permettre à Bastien de souffler un peu de temps en temps dans ma roue, mais ça devient de plus en plus difficile de le relayer.
Nous continuons de rattraper les équipes parties 4, 5, 6, et même 7 minutes avant nous. On se dit qu'on ne doit pas être trop mal, là, d'autant qu'aucun des deux équipages FFC de coureurs de la Motte Servolex parti derrière nous ne nous a encore repris.

Dans le long faux plat montant en direction d'Aiguebelette, je suis au supplice. Dans ma tête, je me dis "plus jamais ça !". Je ne regarde plus que le putain de pneu de Bastien et appuie comme un forcené pour simplement rester dans son sillage. Un coup d’œil sur mon compteur m'indique qu'il ne fait pas semblant de rouler, ce con, car je suis à 320 watts !
Juste avant la fin de ce faux plat, je sens que je cale et lui demande une 3ème fois de lever un peu le pied pour ne pas que je perde sa roue.

Ça y est, le faux plat est avalé, il ne reste plus qu'à enquiller avec la dernière longue ligne droite légèrement descendante jusqu'à l'arrivée. Je trouve la force de passer un dernier relais, nous rattrapons l'équipe partie 9 minutes devant nous, et nous n'avons toujours pas été repris par les FFC. Ça sent bon !

Nous passons la ligne en 38'50 au compteur, à 41,6 km/h de moyenne. Le premier objectif (atteindre les 41 de moyenne) est donc rempli.

A l'arrivée, nous découvrons que Vincent et Julien ont fait encore mieux et qu'ils ont réussi une très belle course qui doit sans doute bien les classer au scratch.
Plaisir de retrouver les débriefes d'après course, se raconter les moments où on a été mal, la voiture qui nous a ralenti dans le rond-point, etc, etc.

Enfin les résultats sont affichés. Les temps indiqués par les organisateurs sont faux (environ 50 secondes de trop, mais pour toutes les équipes, donc sans incidence sur le classement) tandis que les moyennes, elles, sont au contraire un peu trop gonflées (42,1 pour nous au lieu de 41,6 au réel).
Et là, c'est une belle surprise : Vincent et Julien l'emportent dans la catégorie (2ème au scratch !) tandis que Bastien et moi sommes classés 7ème du scratch et 4ème de la catégorie.
Petite satisfaction en découvrant que la paire formée par Julien Pouget et Georges Chatelais, avec qui nous nous étions gentiment chauffé sur Strava durant toute la semaine écoulée, se classe finalement 8ème, juste 3 secondes derrière nous.

Bref, pour un retour aux affaires, c'est plutôt satisfaisant, même si les 4/5ème du boulot ont été abattus par Bastien. Cela dit, tenir la roue de la Bestiasse sur une telle épreuve demande quand même que l'on s'emploie pas mal. Cela faisait longtemps que je n'avais plus eu aussi mal aux cuisses après une sortie de vélo !

Voilà, la saison 2017 commençait et s'arrêtait là pour moi. Je ne prévois toujours pas de refaire de courses en 2018, mais j'avoue qu'une petite gentleman sur les rives du lac d'Aiguebelette ne serait finalement pas faite pour me déplaire !


Les commentaires d'Eric :

(A venir)


Les commentaires de Benoît :

(A venir)


Radu01 octobre 2017, 18:22

Bravo à tous, décidément, ce fut un week-end chargé chez TVS !

serge01 octobre 2017, 22:38

Félicitations, les équipes TVS carburent bien

Julien m02 octobre 2017, 21:10

Très bon moment passé avec Vincent ,c'était un peu mon bizutage !!

Pierre03 octobre 2017, 08:24

Franck, comme pas mal de concurrents qui viennent mettre à Paladru leur seul dossard de l'année, tu as trouvé TA course: Aiguebelette. A moins que...

Commentaire 
Avertissement : tout commentaire portant atteinte à une personne, une association ou une fédération sera effacé
Auteur    Site web 
Entrez le résultat
de 
1000 + 928 

diapo

Toutes les photos
(Cliquez sur les vignettes pour les visualiser)

vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette

NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo3
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo4
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo5
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo6
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo7
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo8
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com


Photo9
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo10
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo11
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo12
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo13
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo14
Photo15


Photo16
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo17

www.isere.fr


Photo18
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Éditer la page - Gérer les fichier - Gérer l'accès
Page créée le 01/10/17 par Franck P, mise à jour le 03/10/2017 22:16 par Franck P