Championnat Rhône-Alpes

Par Franck P
Le 2/06/2013

  Cliquer ici pour partager par messagerie

Il y avait Pierre, et il y avait les autres...

Photo1

Championnat Rhône-Alpes Ufolep disputé sur un circuit vallonné de 8,6 km, autour de la commune de Charly (69)

TVS représenté par 5 coureurs :

  • Franck P, Laurent, Patrick, et Pierre chez les 40/49 ans.
  • Vincent chez les 20/29 ans

Course des 40/49 ans (8 tours de circuit, soit 77 km) :

En résumé :

"Il y avait Pierre, et il y avait les autres"... C'est par ces quelques mots que Patrick a résumé la course, juste après l'arrivée. 41 concurrents au départ, mais un coureur au dessus du lot. Echappé dès le 1er tour, d'abord en compagnie d'un coureur, puis d'un second, Pierre est rejoint quelques tours plus tard par 6 autres coursiers parmi lesquels Patrick et Philippe (Despesse, du Fontanil) partis dans deux contres successifs. Mais le groupe ainsi reconstitué voit rapidement Pierre porter une nouvelle attaque vers la mi-course et partir seul vers la victoire. Patrick, perclus de crampes, ne peut pas disputer le sprint pour la 2ème place (il se classe 6ème), mais Philippe Despesse assure fort bien la relève et parvient à accrocher la 3e place. Derrière, le grand écrémage s'est fait au fil des tours, et il ne reste plus qu'une dizaine de coureurs au sein du peloton avec quasiment tous les Isérois, à savoir Laurent, Franck, Stéphane (Bocquier, de Villard Bonnot) et Stéphane (Moine Picard, de Bourgoin). Laurent, très en verve toute la course, se classe 15e. Franck, malchanceux, crève à 2 kilomètres de l'arrivée et termine en roue libre, puis à pied, avant de remonter sur le vélo juste histoire de franchir la ligne, à la 19e place. Avec la victoire de Pierre, le titre des 40/49 ans reste ainsi dans l'escarcelle de TVS.



Les commentaires de Pierre :

Le régional, course particulière où les adversaires valeureux de la saison deviennent des alliés loyaux pour un jour. Le meilleur compliment sur l'Isère viendra d'un coureur d'un département voisin qui dira quelque chose comme "Ah l'Isère, vous, vous savez courir ensemble". Les supporteurs sur le bord de la route, aussi, ont fusionné et il ne s'agit plus que d'encourager, dans la bosse, les maillots jaunes.

C'est avec l'esprit un peu détaché que j'arrive sur le circuit du régional ce dimanche, c'est pas mauvais signe du tout mais cela fait quand même un peu bizarre d'être dans cet état pour mon tout premier régional UFOLEP. Est ce le dernier week end sans courir qui a fait du bien à la tête et au corps, permettant de souffler pour mieux repartir, ou cette séance d'entrainement particulière, toujours faite la veille des grands évènements et qui a le don de me décontracter complètement? Sûrement les deux. On se perd à plusieurs lors de l'échauffement, ne reconnaissant pas le circuit: la descente démarre plus tôt et est plus prononcée que prévue, les profils d'OpenRunner une nouvelle fois, m'induisant en erreur. Il est parfois étriqué et tournicotant ce circuit, et avec le vent, il va falloir être devant pour éviter des efforts inutiles.

Au premier tour, je mène le peloton tout le premier quart de tour à un tempo assez soutenu, mais l'on commence à me doubler des deux côtés lors de la descente et paf, le peloton ralentit brutalement face au vent: cela a le don alors de m'énerver prodigieusement et je double par les côtés après avoir vu Laurent faire un peu de cyclo-cross sur le bas côté, et lance la première attaque rapidement, contrairement à tous mes plans. Seul Christophe, coureur de l'Ain, est alors motivé pour partir de si loin, nous nous entendrons bien ensuite et l'écart monte rapidement. A fortiori, la stratégie de se lancer tôt était bien la bonne car au vu des photos des autres courses, où l'on voit les coureurs sur des développements importants dans la bosse, on devine que le rythme est très fort dans cette partie du circuit et peut être plus décousu ensuite... J'y suis en 50*25, la chaine bien trop croisée, et passerais ensuite sur le petit plateau. Notre allure est linéaire sur tout le tour, et nous ne sommes jamais exposés aux accélérations collectives rageuses qui éreintent les jambes peu à peu. Un 3ème homme nous rejoint après quelques tours, mais peu à peu la moyenne s'étiole et derrière cela s'active avec le retour d'une demie douzaine d'unités, dont, soulagement, Patrick et Philippe. Les cartes sont redistribuées, cela me va bien, tous les favoris sont là, Patrick me dit que c'est un peu cuit pour lui, moi je lui dis que cela va, et me ravise, disant même à Philippe un peu plus loin, que cela va même très bien. Nous faisons à peine trois kilomètres tous ensemble, que je profite d'un instant d’inattention d'un favori pour attaquer à 2 tours 1/2 de la fin (en fait 3 tours 1/2). Personne ne me suit, mais un peu plus loin, je déraille juste avant d'aborder la descente. Impossible de remettre la chaine en roulant, je suis contraint de m'arrêter. Il y'a un pataquès au niveau des galets derrière et c'est à peine croyable sur le moment, mais je repars encore en tête, ayant visiblement crée un gros écart très vite. Je finis cette mini "Manu" (une vraie "Manu" se fait seul depuis le km 0 ou presque et cela j'en aurai jamais le courage et la force) en recréant à nouveau l'écart, et soufflant uniquement dans le dernier tour pour savourer.

Derrière l'Isère s'est démené à tous les étages, dans le peloton et les contre attaques, et dimanche prochain, on sera à nouveau adversaires, mais avec toujours plus de respect entre nous, car ce n'est que du vélo et c'est cela qui est bien. Après l'arrivée, Patrick dont c'était la course de fin de saison, nous partage la barre ChaCha-Maxx et pour ceux qui connaissent, c'est comme un biscuit Shocks, mais au chocolat au lait et en plus grand.



Les commentaires de Patrick :

Photo2

Patrick, échappé après le 3ème tour

A l'échauffement les sensations sont excellentes, les 380w se font sans aucune sensation de forcer, sans aucun mal aux jambes, ça faisait longtemps que cela ne m'était pas arrivé. Mais dès les premières minutes de course, je dois me rendre à l'évidence, y a un truc qui cloche, je n'arrive pas à respirer. C'est certainement du à ce début de printemps et ses pollens. Bref ca m'arrive parfois. Je suis dans le dur dans les bosses et je prends un point de coté. Cependant au fil des tours ca va de mieux en mieux, tout le monde ayant fini par se calmer. Il faut dire que la manière avec laquelle Pierre a su imposer sa marque sur cette épreuve, ça vous calme les plus excités !
Bon finalement j'ai fait une bonne course. Quand il le fallait, j'ai suivi l’attaque de Ruberti et un de ses équipiers, et à la fin j'arrive pour la seconde place. Mais avec des crampes. Et pour un sprinteur, sur un championnat, dernière course de la (ma) saison, c'est très très frustrant ! Heureusement Philippe complète le podium.
On l'a tous déjà dit, mais je vais le redire, ce que Pierre a tranquillement fait ce dimanche est simplement énorme.



Les commentaires de Laurent :

Photo3

Laurent, à l'attaque

Encore une belle journée de vélo! Les jambes étaient bonnes, mais encore une fois, pas au bon endroit au bon moment... Il s'en est fallu de peu pour que je prenne la bonne échappée, la prochaine fois peut être. Bref, du coup, pendant que certains roulaient à rythme régulier devant, j'ai essayé de jouer les équipiers modèles en contrant jusqu'au bout, toute tentative de revenir sur les échappées. J'espère ainsi avoir apporté ma pierre (sans jeu de mot) à l'édifice. Mais une chose est sûr c'est qu'à la longue ça use! Au final, ce régional aura sans nul doute été ma course la plus dure de ce début de saison. Je termine donc bien fatigué mais avec le plaisir d'avoir eu prise sur la course.
Bravo donc encore une fois à Pierre et à tous les isérois pour cette belle course d'équipe!



Les commentaires de Franck P :

Photo4

Franck se bat pour se maintenir dans le paquet

Bon sang, c'est dur le vélo ! Je me croyais en forme mais il ne m'a pas fallu plus de 5 km de course pour comprendre que, finalement, eh bien, non, pas tant que ça ! Pierre, lui, n'est visiblement pas soumis aux mêmes doutes et s'échappe dès le 1er tour. Je tente alors, en compagnie de Laurent, Patrick, et des autres Isérois (tous ont vraiment joué le jeu, merci Stéphanes (oui, au pluriel car ils étaient deux dans le coup !) et merci Philippe... on a formé une belle équipe !), de participer au contrôle de la course. Mais le rythme est élevé et je souffre terriblement à chaque passage de la bosse, étant régulièrement obligé de consommer bêtement une énergie folle pour recoller aux roues que je n'ai pas réussi à accrocher. Malgré tout, ça tient et notre peloton, d'une quarantaine d'unités au départ, a déjà perdu la moitié de ses éléments.
Au 3e tour, Patrick part en contre avec deux autres coureurs, puis c'est un autre groupe de 3 (avec Philippe) qui s'envole à son tour.
Dans notre groupe, Laurent est impressionnant et saute dans les roues de tous ceux qui tentent de sortir.
Au 5e tour, Laurent et moi sommes tout près de fausser compagnie au peloton sur une accélération au sommet de la bosse, le trou est fait, mais ça revient finalement dans la descente.
A l'entame du dernier tour, les jambes sont de plus en plus dures, et les crampes menacent. Les deux Stéphane (Bocquier et Moine Picard) et moi terminons la bosse avec quelques dizaines de mètres de retard. Nous mettons près de 5 km pour recoller. Ne reste alors plus que 3 km à parcourir. Je n'ai plus beaucoup de jus et éprouve des difficultés à garder les roues lorsque soudain "Pschiiiiiiitt" fait ma roue arrière. Et merde, crevaison à 2 km du but. Stéphane me dit que ça peut tenir jusqu'au bout, mais je n'ose plus trop forcer, ayant peur de déjanter... Et puis le boyau finit par être complètement à plat et j'ai peur d'abîmer la jante de ma Zipp, alors je mets pied à terre, au pied de la bosse finale, à moins de 500 mètres de la ligne, un peu dégoutté... Je commence à monter à pied, en poussant mon vélo, puis me dit que c'est quand même trop con d'échouer si près du but, alors je remonte sur mon destrier fatigué, et je franchis la ligne au ralenti, juste histoire d'être classé, aux alentours de la 20ème place, un peu fatigué, et pas mal déçu...


Course des 20/49 ans (9 tours de circuit, soit 86 km) :

En résumé :

Une petite trentaine de coureurs au départ, allant des 17/19 au 30/39. La course démarre sur les chapeaux de roue, avec une première sélection effectuée dès me départ. Vincent (qui s'est auto-affecté le titre d'équipier pour Olivier Picard, du SCALE) parvient à se maintenir dans le groupe de tête. Avec un gros tempo imprimé par les 30/39 ans, Vincent est victime de crampes et se fait lâcher à plusieurs reprises au passage de la côte d'arrivée... Malgré le désir de mettre pied à terre, il revient à chaque fois et place même plusieurs attaques jusqu'au pied de l'arrivée, dans le dernier tour, pour fatiguer les adversaires d'Olivier. Picard n'a plus eu qu'à prendre les roues pour tous les battre au sprint. Vincent finit 4e de la catégorie (sur 9 au départ)



Les commentaires de Vincent :

Photo5

Vincent, maillot du SCALE, cuissard du Fontanil, et gants TVS, mais toujours aussi élégant !

Psychologie, psychologie. Pierre avait raison, le vélo est un sport très difficile (le plus dur dixit Clovis Cornillac, au sortir des 5000 km qu'il a fait pour tourner "La grande boucle »), qui se joue principalement dans la tête. Je l'ai peut-être réellement compris ce dimanche.
J'avais dit après le départemental que je roulerais pour Olivier. A l'époque j'étais très mauvais, mais les Routes du Bourbonnais m'ont dégraissé le moteur entre temps. Parlant de dégraissage, j'ai eu le droit à ma petite remontrance sympathique quand Laurent, l'officieux directeur sportif du SCALE, m'a remis ma chaine après un saut avant le départ "Il te faudra des litres d'essence pour nettoyer tout ça. Il te faut démonter tout le vélo, dégraisser, et bien huiler ensuite".

Récapitulons la liste non-exhaustive des réprimandes amicales des grands : remontrance placement dans le peloton, c’est fait. Remontrance alimentation, c’est fait aussi. Conseils entrainement optimal, c’était assez divisé, difficile de trancher. Remontrance entretien du matos, voilà une bonne chose de faite. Qu’est-ce qu’il peut bien me rester ? Je vous le demande. Mes poils qui repoussent, mes cheveux trop longs, mon vice pour la mousse et les soirées marathon ? Mon manque de vitamine C, de magnésium, ma petite voix d’enfant attardé qui aurait pris de l’hélium ? Ma passion pour le beurre et la crème fraiche, mon amour pour l’âme sœur que j’ai importé de Marrakech ? Mon calvaire qui se prolonge, moi qui n’est jamais ramené de bouquet, alors que j’écris des récits à rallonge, pour espérer la notoriété…
Je signale, par précautions, mais je pense que c’est inutile pour ceux qui me connaissent, que je ne fais aucun reproche, c’est même tout le contraire, je sais parfaitement que je suis un jeune con tête en l’air.

A propos de la course, ça démarre très très fort, je dois boucher 50m en haut de la cote, puis l’écrémage par l’arrière se fait naturellement. Je tiens mon rang d’homme fort (je veux dire, dans ma tête seulement, cf : patrick) et je suis tjrs dans les roues et ne fais que peu d’efforts superflus. Olivier attaquera même quelques fois, et nous suivons tout ce qui bouge chez les jeunes. Mais comme nous courrons avec les 30/39 (composé de pas mal d’hommes forts), je la joue parfois à la Lady Diana, et je coupe les ponts avec quelques fuyards, créant ainsi des cassures qui feront forcer les vieux. Je suis content de rester dans la roue de jérome Giraud pendant 7 tours, jusqu’à ce qu’il démarre, et là ça embraye, et j’ai des crampes. Du coup j’ai toutes les peines du monde à monter vite et à forcer. Une cassure s’est faite derrière moi, mais un gars du VC couxois me ramène parfaitement en bas de la descente. J’observe du haut de mes 163 centimètre de splendeur nacrée , reposant sur des chevilles enormes, j’observe que le plus fort coureur de Bourgoin, contrairement à ces habitudes, avait quelques peines à tisser sa toile dans le groupe, tel un Spiderman, pour boucher les trous dans la bosse, et je savais qu’aujourd’hui, ce ne serait pas l’homme à régner.
J’ai tout bu, tout mangé, je sais que ma fin est proche. Je n’ai qu’un souhait, tenir le peloton jusqu’à la ligne, et m’écrouler de fatigue. Ca me fait penser à une réplique d’un auteur dans « à bout de souffle » de Godard : « mon seul souhait dans la vie : devenir immortel…et puis mourir ».

Donc à la cloche, je n’en peux plus, Romaric me dépose, je me retourne, dernier du groupe… Je fais tomber le petit plateau, aller, c’est fini… Puis je vois que devant ça temporise. Je remets la plaque, et raccroche le wagon en bas de la descente. A partir de là, toujours avec Romaric, nous lançons quelques petites attaques (très courtes, car je n’ai plus d’essence), pour tester les deux « gros poissons » de la caté. Ils font toujours l’effort. J’attaque en tete la deuxième bosse du parcours, puis les crampes me reprennent, en danseuse, je laisse filer. Encore 50m de retard sur ce qui reste du paquet. Dans le replat, je remet la plaque, je rentre, et je rattaque sur la gauche de la route dans la foulée, avec Romaric. Je récupère quelques secondes, encore un peu décroché, sur le plat, puis j’en remet une, de dernière un peu plus longue cette fois, mais je me fais contrer. Toutefois Olivier a bien suvit, il prend le virage en deuxième position, il sprint, il gagne. Du moins, c’est de loin ce que j’ai vu.
Bravo à lui, c’est vraiment un grand champion, très sympathique et attachant, comme tous les membres du SCALE . C’est un vrai plaisir cet UFOLEP isère.
Je tiens à signaler que si j’avais des gants de TVS, un maillot du SCALE, et un cuissard du Fontanil, c’était un concours de circonstances qui n’a pas tourné en ma faveur… j’accèpte la séance de lapidation.

Grand coup de chapeau à Pierre et à tous les TVS qui ont fait du bon boulot. Pierre, plus fort que jamais je crois, qui a même était faire une sortie après sa course, dans les Monts du lyonnais…quel homme ce Pierre. A dimanche au triptyque.


benoit03 juin 2013, 13:25

Félicitations à Pierre pour ce titre gagné magnifiquement à la pédale.
Bravo aux autres participants TVS.
Pour que Patrick finisse avec des crampes, j'imagine que ce championnat devait être très exigeant...
Vincent, c'est vrai que le mélange gants, cuissard et maillot fait un peu désordre....mais j'adore lire tes commentaires....

loic03 juin 2013, 14:33

En tant que président du comite departemental UFOLEP Isere,je tiens à remercier tous les coureurs ,une belle moisson,la course d'équipes ça marche vous l'avez encore prouvé.
Pour les courageurs à dimanche au triptyque,inscription en ligne sur le site du fontanil

georges03 juin 2013, 20:39

bravo pierre et les autres,je me demande ou vous trouvez cette énergie,moi j'étais cuit du début à la fin,une journée à oublier chapeau bas messieurs!!!!!!!

Franck P03 juin 2013, 21:06

@Loic : sais-tu où l'on peut trouver les classements ? C'est d'ailleurs un problème qui se pose après chaque course, les classements sont parfois introuvables...

steph Moine Picard03 juin 2013, 21:07

Oui bravo Pierre pour ce titre, vous faites une belle équipe vous autres les TVS, un exemple à suivre...

Pierre03 juin 2013, 21:19

Franck, les résultats étaient à la remise des prix, mais on a oublié Vincent et moi de prendre une photo.

Franck P03 juin 2013, 21:29

@Pierre : oui mais ce qui est pénible est de ne pas pouvoir les retrouver en ligne quelque part, ensuite...

Pierre03 juin 2013, 21:34

Bon allez, les voilà (tout en bas), cela sert de discuter avec les organisateurs très sympas de Feyzin cyclo :
https://picasaweb.google.com/albxri/262013UFOLEPCHAMPIONNATREGIONALCYCLISTECHARLYRHONE69#

Franck C04 juin 2013, 09:48

Tout d'abord bravo Pierre, bravo aux TVS boys, mais plus généralement Bravo et Félicitations à l'UFOLEP Isère. Encore une fois Loïc ton abnégation à porter haut et fort les valeurs de cette fédération a payé.

Karl04 juin 2013, 10:59

Bravo à Pierre et tous les autres TVS pour ces courses en costauds.
@Vincent... ta tenue est le gage d'une bonne ambiance, mais non, tu n'échapperas pas à une séance de lapidation.
En fait si, tu as peut-être une chance de te racheter en montant sur la boite au tryptique non ?

Vincent04 juin 2013, 12:09

avec plus de 600 connections depuis la course dimanche soir, tu comprends, Karl, que l'on ne peux pas parler tactique ou ambitions sur le site de TVS. De toute façon on est déjà connu pour notre puganicité. Et On joue le classement isère, alors tout le monde à bloc, n'est-ce pas Karl.

Samuel04 juin 2013, 14:16

Bravo les gars et surtout à Pierre qui une fois de plus programme un rendez-vous et est à l'heure.
Champion régional ça sonne pas mal quand même. Peut être bientôt un maillot bleu/blanc/rouge de la course en ligne ou plus probablement du CLM. Moi j'y crois !

Karl05 juin 2013, 19:25

@Vincent: a cours de forme cette année, je ne ramènerai surement pas de point. Mais je vais tenter de repartir sur de bonnes bases dès décembre (muscu - piscine - hometrainer - moins de bière) pour apporter des points en 2014.

Commentaire 
Auteur    Site web 
Concentre toi, entre le code 6857  
précédé du chiffre six 

diapo

Toutes les photos
(Cliquez sur les vignettes pour les visualiser)

vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette
vignette

NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo7
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo8
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo9
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo10
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo11
Spécialisé dans le Conseil, l’Audit et la Formation en Santé et Sécurité au travail

www.2s-ergo.com


Photo12
Le spécialiste du sciage et tronçonnage en conception et distribution

www.coup-indus.fr


Photo13
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo14
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com



(:photo CELYSS.jpg non trouvée, cliquer pour envoyer:)
www.celyss.com


Photo16
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo17
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo18
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo19
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo20
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo21
Photo22


Photo23
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo24

www.isere.fr


Photo25
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Éditer la page - Gérer les fichier - Gérer l'accès
Page créée le 02/06/13 par Franck P, mise à jour le 08/06/2013 15:05 par Karl