Course de Vienne

Par Franck P
Le 02/04/2018

Cliquer ici pour partager cette page par messagerie

  • TVS représenté par Julien, Bastien et Fabien (+ Antoine, mais sous les couleurs de l'UC Voiron)

En résumé :

Beaucoup de vent et quelques mésaventures pour les deux TVS engagés, parmi lesquels Bastien pour qui il s'agissait de la toute première course de vélo. Un échauffement minimaliste, une erreur d'orientation et des classements hétéroclites à l'arrivée : une 12ème place pour Julien et... la dernière pour Bastien ! Fabien ne figure pas au classement, on attend ses explications !

Voir le classement

Photo1

Bastien et Julien au départ


Le commentaire de Julien :

Rendez-vous est pris avec Bastien par un dimanche bien venteux.
J'essaye de lui donner quelques conseils mais je sens déjà que la pression monte pour lui.
Pour moi au contraire de d'habitude le stress me laisse tranquille, il faut dire aussi que le parcours est bien trop dur pour moi et aujourd'hui ce sera plus de la survie au sein du peloton.

Le départ donné, je me replace tranquillement dans la 1ère moitié du peloton et assez rapidement j'essaye de partir dans un coup.
A peine sorti, je me rends compte que ce sera mission impossible de fausser compagnie au peloton avec ce vent...

Je me laisse glisser en milieu de paquet en ayant auparavant averti Bastien d'en faire de même par deux foi,s mais il a l'air bien devant et continue de rester au vent.

Les premières difficultés sont passées presque sans encombre et je suis toujours au contact du peloton d'où 2 coureurs ont réussi à s'extraire.

Le moment clé arrive après une descente où je me place en dernière position du peloton pour récupérer, je dépasse Bastien mal placé et l'encourage à prendre ma roue sans succès. Je réussis à rester tant bien que mal dans le groupe, au prix d’un effort intense...

Après 2 à 3 km de récup' vent de dos arrive la bosse du parcours. J'essaye de prendre un rythme élevé sans me faire exploser non plus et je m’étonne de suivre des coureurs qui d'habitude me lâchent facilement (comme quoi c'est bien de perdre du poids).

On passe le sommet a une petite dizaine, environ 1 minute derrière le peloton. A ce moment, il reste 22 km de plus ou moins faux plat descendant. Les relais vont bien tourner, nous permettant ainsi de revenir sur le peloton a 5 km de l'arrivée où se jouera le sprint pour la 3ème place.
Je prends une honorable 12ème place dans un sprint entaché d'une grosse chute impliquant 2 coureurs, à qui je souhaite un prompt rétablissement.


Le commentaire de Bastien :

Le grand jour !

Dimanche matin, les jambes usées, je regarde au loin à travers la fenêtre du salon, le regard vide porté vers l’horizon, et j’hésite entre récupérer en roulant tranquillement avec Franck en soirée (bon ok déjà là je ne suis pas très lucide, symptôme d’une fatigue avancée) et aller au GP de Vienne. Encore déçu de ne pas être disponible le 8 avril pour démarrer ma saison, je suis pris d’un élan de motivation, il faut bien commencer un jour et il faut en profiter pour prendre de l'expérience. Surtout, je me dis qu’il faut faire au plus vite des erreurs et apprendre, avant de me retrouver en gros novice aux Routes du Bourbonnais mi mai : je n’ai pas envie d’être le boulet de l’équipe !

Je suis épuisé musculairement, je sors de mon plus gros mois d’entraînement depuis toujours : 26 activités en 31 jours, avec souvent de l’intensité. Il y a encore 2 semaines ma stratégie était de me flinguer sur mars, pour récupération et sur-compensation première semaine d’avril, avec 1ère course le 8... Tant pis, on y va avec la bite et le couteau, l’objectif est clairement d’apprendre à rouler en peloton.
Je passe donc un petit coup de fil à l’organisation pour m’assurer que je puisse m’inscrire sur place : feu vert !
Sur l’autoroute entre Aiguebelette et Bourgoin, je sens assez bien les grosses rafales de vent de côté sur ma toute petite 108, qui m’obligent à serrer un peu plus le volant. Pensant que mon vélo et moi sommes environ 8 fois plus léger que la voiture, j’imagine qu’il va falloir s’accrocher sérieusement au guidon cet après-midi ! Les arbres penchés vers la droite ne font que confirmer cela, et je commence à me dire qu’on va tous souffrir !

Le parking, ce lieu où tout le monde se change, s’observe, patiente, vérifie son vélo etc… je retrouve Antoine et Fabien Lorigeon, puis Julien Marletaz. Je tombe dans le piège du bavardage ! On s’accroche nos dossards, on se briefe sur le parcours ainsi que les endroits stratégiques, j’essaie de mémoriser tout ça, mais ne connaissant pas la région, je n’ai pas de repère et d’image à associer au texte ! Du coup je préfère retenir qu’il faudra continuellement être bien placé, rester à l’abri mais plutôt devant.
On croise ensuite Yann David, re-papotage sur le parcours et le placement… trop d’infos tue l’info, je ne retiens pas la moitié ^^

On part s’échauffer avec Antoine, 10 min, 2 petits sprints histoire de faire monter le cardio… ça restera le pire échauffement de l’histoire des échauffements ! En revenant on entend l’organisation qui relance pour l’appel. On se regroupe tous. Yann m’indique que je fais probablement partie des 10 plus costauds de notre groupe d’environ 70 coureurs. Costaud physiquement certes, mais complètement inexpérimenté. Dans ma tête, je me dis que si le niveau d’un cycliste se décompose en deux parties à 50% de physique et 50% d'expérience, je ne suis qu’une moitié de cycliste, et sur les 50% physiques je ne suis assurément pas au top du tout ! Donc je m’attends à morfler ma race, et c’est cool : première compétition, de mauvaises jambes, du vent à faire décoller des parapentes à l’arrêt, un échauffement pourri, c’est la promesse d’une après-midi épique !

Le départ est donné après de longues minutes d’attente. Pour quitter le parking et retrouver la route il faut passer une bosselette de 100m, à mi pente j’aperçois déjà le peloton qui s’étire et s’éloigne à gauche sur la route, et j’ai déjà de mauvaises sensations dans cette putain de montée ridicule… ça promet ! Je fais donc un 1er effort, pour remonter le peloton et me replacer, sur le kilomètre qui nous amène au départ réel en passant sous l’arche de départ/arrivée.

A partir de là et pendant 1h environ, je commets l’erreur de débutant que je suis de vouloir rester trop souvent devant, à me jeter sur une bonne partie des accélérations. Julien me le rappelle 2 fois... Je ne regarde pas le cardio mais je sens que j’explore plusieurs fois la zone rouge, et surtout aïe aux jambes, mais AIE putain !! A chaque bosse, je souffre, je vois la quasi-totalité du peloton me doubler… À chaque « sommet » je bascule dans les derniers, avec obligation de relancer pour rester au contact, et me cramer un peu plus. Chose positive, je me sens à l’aise en peloton, je me positionne, je remonte, je me laisse descendre, je relance etc...être serré ne m’inquiète guère, il faut juste rester concentré et vigilant.

Arrivé au carrefour de Pommier-de-Beaurepaire, virage à angle droit avant une longue ligne droite d’environ 4 kms, je suis donc en queue de peloton, et badaboum une nouvelle bordure, comme prévu par Yann avant le départ ! Je ne peux que constater les dégâts : ça s’effrite devant moi. Julien me double en costaud et m’encourage, il remonte et recolle. Pas moi. Je vois le paquet s’éloigner, enfin pas tout à fait, j’arrive pendant un moment à maintenir l’écart, à revenir sur un autre mec, que je double pour repartir vers le suivant etc… mais à chaque fois que je quitte un concurrent le peloton s’éloigne devant ! C’est fini... je coupe mon effort ! Je me retrouve dans un groupe de 4, on roule pas mal mais pas assez pour revenir. Dans la montée d’Arzay le groupe explose, je monte avec de bonnes sensations cardio mais des jambes en plein travaux. Je passe seul au sommet, je récupère en descente, mais arrivé en bas… un boulet… avec le vent je n’entends pas ce que dit le signaleur, mais il m’indique physiquement d’aller à droite…….Ah si j’avais étudié ou reconnu le parcours… où si j’avais collé au peloton… me revoilà lancé pour un tour de piste… quelques kms après l’erreur de route je m’arrête avec un partenaire d’infortune (qui devait être derrière moi dans la descente) auprès d’un signaleur, il n’est pas du coin et ne semble pas connaître le tracé, il nous indique juste de continuer dans le sens de la course plutôt que de faire demi-tour, et on obéit sagement, parce qu’on aime ça pédaler contre le vent ! Je m’arrête au signaleur suivant, pas mon collègue. Me voilà seul donc, en mode foncier pour finir la 2ème boucle.

En repartant vers le point de départ, donc en roulant vers le nord-ouest, je souffre un peu moins du vent du Sud, mais faut bien s'accrocher quand même ! Je repars à appuyer sur les pédales, pour faire les 23 derniers kms à 40 de moyenne. Je suis rattrapé par les juniors, 2 échappées AG2R, c’est beau de se faire doubler par des vrais cyclistes ! Ensuite je suis doublé par un groupe de poursuivants, mené par qui ? des AG2R... puis 5 minutes plus tard par un autre groupe d’une douzaine de coureurs. Je m’accroche à ce dernier, sans trop de difficultés, je ne sais pas si j’ai le droit mais je ne pense pas gêner. Puis voyant que ça tourne bien, en 2 rangées, celle de droite qui remonte et celle de gauche qui descend, je m’incruste pour faire le job, par politesse… sauf qu’arrivé en pointe on me fait comprendre que je n’ai rien à foutre là (« dégage ! », « tu dois pas rester dans les roues ! » etc…), donc je sors gentiment et je les laisse entre péteux. Il me reste 4 kms, tranquillou ! 85 kms au lieu de 65, et 33.4 de moyenne, ça fait un bon entraînement, et une 1ère expérience bonne à prendre !

Sur le parking je retrouve Fabien et Antoine, qui avaient deviné pour mon tour bonus, puis qui m’expliquent alors la chute de Yann, au sprint ! J’oublie rapidement les kilomètres en trop et ce foutu vent, je ne peux m’empêcher de relativiser et penser qu’en étant pas dans le peloton j’ai peut-être évité la chute, justement car je connais les compétences de Yann en placement et j’aurais tout fait pour le coller ! On voit à ce moment l’ambulance passer. Heureusement il n’a pas grand-chose, c’est costaud un Isérois ! Ensuite je croise mon collègue de galère, qui m’explique que le 2ème cycliste à avoir chuté est son frère, donc il file le rejoindre aux urgences. Je retrouve Julien, qui me donne plus de détails sur ce sprint, et la rafale de vent qui a provoqué l’écart.

Je vais rendre le transpondeur, j’avale quelques tranches de pain d’épice bienvenues et je me casse, sans aucune déception, l’esprit du devoir accompli, conforté dans l’idée que le physique ne fait pas tout, loin de là. Il y a du boulot, mais ça me va, ma feuille de route s’étale sur plusieurs années.


Le commentaire de Fabien :

(A venir)


Julien04 avril 2018, 07:11

Pour info fabien accompagné Antoine sur la course mais n’a pas fait la course

Julien04 avril 2018, 11:59

Franck P04 avril 2018, 14:32

Les deux seuls blaireaux qui tournent à gauche quand tous les autres tournent à droite, c'est à 5 minutes sur la vidéo... Bravo Bastien ! Tu nous colles une honte publique !

Bastien P04 avril 2018, 15:12

Je crois pas que qqun ait crié "à gauche" pour nous, en tout cas je n'ai pas entendu ni en direct ni dans la vidéo. Et pis le mec était orienté vers la droite. De toute façon c'est avant ça que j'ai merdé !

Patrick04 avril 2018, 23:08

Bastien tu as ta place à TVS, des experts des fausses routes, même si c'est plutôt en clm (comme ça je me souviens de 4 cas)
Sinon tu as tout dit sur ta course, et tu vas vite trouver des solutions... Pour moi arrête de travailler le physique, travaille la finesse, la vélocité qui permet de suivre les variations de rythme du peloton en économisant les muscles (une fois échappé fais ce qu'il te plait) et les efforts courts (1 à 5mn) et entre ces efforts dans ta sortie fais du tourisme...

Patrick04 avril 2018, 23:11

Sinon c'est quand même la première fois que je peux observer en vidéo l'erreur de parcours se produire, c'est impressionnant !

VincentP06 avril 2018, 15:38

Patrick a raison Bastien. L'hiver faut faire le bulldozer. Une fois la saison lancée, faut se reposer la semaine. Sinon, arrivé le Dimanche, la caisse elle est dans les KOM de la région.

Quand aux erreurs de parcours, c'est rien, tu sera juste classé avec les archives des boulettes du club :
- Celui qui attaque à 3 tours de l'arrivée en pensant que c'est le dernier tour
- Celui qui ajoute 10 bornes de montée à son CLM
- Celui qui se gaufre sur la ligne de départ (quoi? Ca serai le même!!!?)
- Celui qui continuer à tourner à bloc alors que la course est terminée depuis quelques tours
- Celui qui décide au milieu de son CLM d'arrêter de pédaler parce qu'il a envie d'arrêter de pédaler
....

(oui je tiens des archives à jour)

Bastien P06 avril 2018, 21:23

Lol Vincent.
Je vais me forcer à rouler moins souvent fort, mais c'est pas évident j'ai toujours roulé comme ça... par plaisir !
De toute façon c'est une année de découverte/transition pour moi, il n'y a bien que Franck et qques autres pour imaginer que je vais très vite gagner des courses : c'est même pas mon objectif !

Franck P06 avril 2018, 21:45

Dans la série " s'est déjà trompé de parcours", j'avais expérimenté la chose en 2011 sur le CLM individuel de St-Georges d'Espéranche. http://www.tvs.free.fr/pmwiki/pmwiki.php?n=Articles11.GentlemanDeSt-Georges

Gianni07 avril 2018, 21:12

Y'en a d'autres...
Chrono de Pontcharra avec un qui s'arrête dans la montée car il croit que ses patins frottent alors que c'est le moyeu arrière qui est dévissé et qui fait frotter la roue sur le cadre.
Un autre au Bourbonnais qui a faillit être déclassé car il s'est trompé de route et qu'il a fait plus de chemin que les autres...
Tu vois, ça arrive...

Zaza 08 avril 2018, 20:50

Vous savez ce que vous dis moi à tous et à CHA CHA en particulier
Si ça me plaît à moi d’etre Ridicule

Commentaire 
Auteur    Site web 
Concentre toi, entre le code 1867  
précédé du chiffre six 

diapo

Toutes les photos
(Cliquez sur les vignettes pour les visualiser)

vignette

NOS SPONSORS & NOS PARTENAIRES...

Photo3
L’équipementier textile des cyclistes

www.bioracer.com


Photo4
Restaurant gastronomique la Bastille Grenoble

www.restaurant-grenoble-gras.com


Photo5
L'expert des cuisines professionnelles

www.groupegif.com


Photo6
La passion du froid et de la climatisation

www.refrigeration-equipement-service.fr


Photo7
La petite Nice de l'agglomération grenobloise

www.ville-latronche.fr


Photo8
Fabricant d'équipements et mobilier inox

www.sofinor.com


Photo9
La maitrise du froid professionnel et ménager

www.eberhardt.fr


Photo10
L’inox à la mesure de vos talents

www.tournus.com


Photo11
Les Authentiques de la cuisson

www.charvet.fr


Photo12
La marque des chefs

www.franstal.fr


Photo13
La cuisson de précision

www.mkn.eu

Photo14
Photo15


Photo16
La région Auvergne-Rhône-Alpes

www.auvergnerhonealpes.fr


Photo17

www.isere.fr


Photo18
Le Dauphiné Libéré, partenaire de nos organisations

www.ledauphine.com

Éditer la page - Gérer les fichier - Gérer l'accès
Page créée le 03/04/18 par Franck P, mise à jour le 09/04/2018 11:13 par Franck P